10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 08:44

Bonjour

Un petit anniversaire à fêter : ce blog a 8 ans aujourd'hui. Petit frère de mon blog principal, il est consacré à mes voyages. Et il est un peu en stand by pour le moment attendant le prochain voyage fin avril. Je vous raconterai.

Partager cet article

20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 10:59

Pour un stage, je suis allée en Pologne, à Poznan. C'est une ville avec un quartier ancien assez austère et de belles maisons.

POZNAN
POZNAN
POZNAN
POZNAN
POZNAN

POZNAN

Partager cet article

26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 17:26

Cela n’a rien à voir avec la mer malgré le nom. Il s’agit de bassins peu profonds, à l’air libre, remplis d’une eau bleue laiteuse très riche en sels minéraux et d’une température d’environ 40 °C. En fait cela ne provient pas d’un phénomène naturel ou très indirectement. Cette région, les “champs noirs”, constitue une zone géothermique à très haute température (240°C). L’eau pompée à 2km de profondeur, sert à produire de l’électricité et réchauffer de l’eau froide pour alimenter la région de Reykjavik. Le surplus est déversé dans ces bassins où des dépôts riches en silice tapissent le fond.

Blue Lagon

Blue Lagon

On peut s’enduire le corps de cette boue siliceuse qui effectue alors un peeling et apporte beaucoup de bienfaits à la peau, en particulier pour les personnes souffrant d’eczéma ou de psoriasis.

Nous y sommes allés le matin et c’était vraiment très agréable de se tremper dans l’eau chaude, d’autant plus que, au-dessus de nous, une fine bruine froide (12-13°C) tombait en permanence.

Partager cet article

6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 16:47

C’est un port et une petite ville de 200 000 habitants soit près de la moitié de la population d’Islande. Située sur la côte ouest, elle est très humide et brumeuse. Quelques monuments sont remarquables comme l’église imposante Hallgrimur située sur une colline et donc visible de toute part (c’est un bon point de repère quand on est perdu !).

A l’intérieur, il y a un grand orgue magnifique et d’une superbe sonorité. D’ailleurs quand nous y étions, un concert était donné.

Reykjavik
Reykjavik
Reykjavik
Reykjavik
Reykjavik
Reykjavik
Reykjavik

Reykjavik

Un autre bâtiment remarquable est le palais des congrès et salle de concert Harpa à l’architecture futuriste. C’est là que se déroulait le 98ème congrès d’espéranto.

Une curieuse sculpture se trouve en bord de mer, le drakkar métallique Solfar ; elle évoque l’histoire de ce pays de Vikings.

Les rues commerçantes sont rares mais très animées. Elles sont bordées de maisons colorées typiques. Des petits restos proposent des soupes très bonnes et des plats de viande (mouton, bœuf, baleine) ou de poisson (saumon, morue, truite…). Au déjeuner de midi, il est coutume de ne prendre qu’un sandwich.

Partager cet article

17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 11:43

Dans deux jours je m'envole pour l'Islande.

Je vais participer à une rencontre internationale en Islande, groupant plus de 1000 personnes provenant de 60 pays … et je n’aurai pas besoin d'interprète !

Je me rendrai en effet cette année à Reykjavik, capitale de l’Islande, pour le 98ème Congrès Universel d'espéranto, du 20 au 27 Juillet 2013.

Nous serons originaires de plus de 60 pays différents, mais il sera cependant très facile de faire connaissance. Grâce à l’espéranto, nous n'aurons pas besoin d'interprètes. J'ai des amis partout dans le monde. A Reykjavik je vais en retrouver; je visiterai en outre le pays et entrerai en contact avec les Islandais uniquement grâce à cette langue.

Durant une semaine, je participerai aux débats sur le thème du congrès universel d’espéranto de cette année "Îles sans isolement : pour une communication équitable entre les communautés linguistiques". 

L’espéranto, langue construite depuis plus de 125 ans, a rencontré  un intérêt croissant ces dernières années. Une des raisons en est sa neutralité face à la puissance de l’idiome anglo-américain, mais aussi et surtout, les possibilités qu’elle offre. «L'espéranto est parlé dans environ 120 pays"; c’est une langue sans règles complexes et exceptions multiples nécessitant d’être mémorisées." Pour moi, c’est surtout l'utilisation pratique de l'espéranto qui est importante. Par exemple, un « Service des passeports » — une liste des espérantophones, qui accueille gratuitement d'autres espérantistes amis pour passer la nuit ".

J’ai l’intention, après le congrès, de continuer ma visite de l’Islande. En outre, le programme offre des événements culturels et touristiques.

J’écouterai aussi des concerts en soirée car j'aime beaucoup la musique rock et pop en espéranto.

Je vous raconterai !

Partager cet article

21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 15:15

Après une journée à Ankara où nous avons visité le musée des civilisations anatoliennes, nous avons pris la route pour la Cappadoce à environ 300 km au sud.

En fin de journée, nous sommes arrivés à notre hôtel (troglodyte) à Urgup.

Elkaphotel.JPG

Le lendemain, pour notre premier jour, nous avons choisi la vallée de Gorème. Sur le site à 10 heures du matin, quelle ne fut pas notre surprise de voir des dizaines de cars sur le parking avec tous les touristes qui vont avec ! Un guide nous a conseillé de reporter notre visite en fin de journée et nous a emmenés dans des coins peu connus.

Tout d'abord nous avons vu d'en haut la vallée des Epis : 

ValleeEpis.JPGEt l'église de la Vierge Marie, cachée aux yeux des touristes car il faut marcher un peu pour l'atteindre et faire quelques acrobaties. Mais elle vaut le coup d'oeil.

EgliseViergeMarie1.JPGEgliseViergeMarie2.JPGPuis nous sommes allés à quelques kilomètres visiter l'église El Nazar, enregistrée au patrimoine de l'UNESCO en 1985 et l'église Yusuf Koc, ci-dessous.

EgliseElNazar.JPG

puis nous avons pu admirer les cheminées de fées de la vallée de l'amour (...sans commentaires !)

ValleeAmour.JPG

Déjeuner au centre d'artisanat de tapis. Il s'agit d'un centre de formation des femmes d'âge mûr qui apprennent à faire des tapis pour les confectionner chez elles ensuite. Cette reconversion évite l'exode des populations pauvres de la campagne vers les villes. 

Des tapis par centaines... Alors lequel choisir ?

Tapis1.JPG

Pour digérer, une vue de la vallée des Champignons :

ValleeChampignons.JPG

Puis on monte au sommet de la ville troglodyte d'Uchisar.

Uchisar.JPG

Et en fin d'après-midi, direction du musée en plein air de Gorème qui contient plusieurs églises toutes aussi belles les unes que les autres. Mais les photos à l'intérieur étaient interdites.

MuseeGoreme.JPGMais les interdictions sont faites pour être contournées : intérieur de l'église de Karanlik

EgliseKaranlik2.JPG

En fait ce musée aérien mériterait un article à lui seul...


Partager cet article

7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 16:49

Presque deux semaines en Turquie, il y a de quoi raconter ! Je vous parlerai de la Cappadoce  et d'Istanbul.

Partager cet article

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 18:46

Ce n'est pas un évènement qui se passe souvent à Samarkande où les hivers sont froids et secs. Mais voici une photo insolite prise par Nargiza, une jeune amie de là-bas.

Registan neige

Partager cet article

17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 16:12
Pas de long voyage cet été ! J'ai passé quelques jours à Paris pour voir ma fille. C'était blindé de touristes. Alors le Louvre, il faut renoncer ! J'ai donc décidé de visiter le Palais Garnier qui abrite l'Opéra, avec un guide, une fois n'est pas coûtume. C'est assez époustouflant avec l'amoncellement de styles variés. Construit par Charles Garnier avec des interruptions pour cause de révolutions ou de guerres, il a été inauguré en 1875.
Nous sommes entrés par le pavillon des abonnés : là, les riches abonnés arrivaient avec leur voiture, évitant l'attente sous les intempéries. Une grande salle ronde abritaient leurs gens qui les attendaient pendant qu'ils étaient dans l'enceinte de l'Opéra. Charles Garnier a signé son oeuvre surle plafond au centre de la rotonde.

Puis nous nous dirigeons vers le grand escalier, admirant au passage la Pythie d'Adèle d'Affry, qu'elle a signé sous le nom de Marcello car il n'était pas convenable qu'une femme soit artiste et comme elle ne trouvait pas de modèle, elle a réalisé sa propre empreinte.

Le grand escalier conduit d'une part vers la salle et d'autre part vers  le grand foyer où les spectateurs pouvaient se rencontrer, manger ou boire, jouer, bref, on ne venait pas à l'Opéra juste pour le spectacle mais aussi pour y faire des affaires.

L'entrée du couloir vers la salle est gardée par deux grandes statues formée de deux marbres différents et chaussées de sandales en cuivre.

On ne peut apercevoir la salle que d'une loge, j'ai pu admirer le plafond décoré par Chagall, au dessus d'un lustre monumental.

Dans le pavillon impérial, conçu pour que l'empereur soit protégé, mais qui n'a pas été décoré, faute d'argent, on a installé la bibliothèque et le musée.

Contrairement à ce que tout le monde croit, il n'y a pas de lac sous l'opéra mais un réservoir d'eau d'origine phréatique de quelques centaines de mètres cubes réservé aux plongeurs des pompiers de Paris pour leur entraînement.
 
   

Partager cet article

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 10:52

Nous avons vu les chutes du côté argentin en parcourant des passerelles. Le lendemain, nous avons pu les admirer du côté brésilien, de plus loin certes mais on en a une vue extraordinaire. On descend un chemin parmi la forêt ; c'est assez agréable car la chaleur est moins forte sous les frondaisons.







Au passage nous avons côtoyé les coatis qui parcourent la forêt en groupes de femelles et leurs petits. Ils sont étonnants avec leur longue queue rayée et leur museau pointu et souple qui inspecte tout ce qu'il rencontre.


Et de temps en temps on peut croiser des iguanes overa. Remarquez sa langue rouge qui lui sert de sens tactile et olfactif.

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog