Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 00:31

C'est une île aux paysages très variés qui vont des plus désertiques aux plus luxuriants. En cela elle est assez différente de la Corse plus montagneuse et dont les côtes sont très découpées.
Ici des dunes de sable fin, à perte de vue. 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

  Là un lac salé asséché au moment où nous y étions (mai). 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

  La côte : soit des falaises 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

  soit des immenses plages de sable très blanc 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

  mais toujours avec une mer agitée. 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

  Un gué à traverser là presque à sec ; la couleur rouge vient des mines proches. 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

  Des collines verdoyantes dans le sud 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

  Et une montagne pelée dans le nord : c'est le Mont Blanc sarde. 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 
Repost 0
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 00:57
A Tachkent, le lendemain matin, nous avons pris l'avion pour Ourgentch, à l'ouest du pays. A l'aéroport, Marouf nous attendait et nous a conduit à Khiva.

La vieille ville est entourée de fortifications en terre qui ont du être très souvent reconstruites. A l'intérieur, il n'y a pas d'habitants, mais que des touristes. En effet, c'est une ville musée. Voici le palais du Khan. Au milieu de la cour, la marche ronde supportait la yourte, l'hiver car il y faisait plus chaud que dans les bâtiments. Par contre, l'été, les gens logeaient dans les pièces sombres où le soleil ne rentre pas et dormaient sous des porches avec un ingénieux système de circulation d'air.

Fichier hébergé par Archive-Host.com
Nous, nous avons couché dans les cellules des étudiants, dans les anciennes médersas, transformées en hôtel.

Fichier hébergé par Archive-Host.com
Au mois d'avril, je ne vous raconte pas le froid qu'il faisait : le chauffage n'est pas prévu, bien sûr ! On a dîné dans d'autres médersas ou d'anciens palais : c'est grandiose ! C'est une ville superbe mais ça manque de vie. Heureusement, au dehors, nous avons rencontré des enfants charmants. On voit bien le mélange d'ethnies, dans cette photo.
Fichier hébergé par Archive-Host.com

Puis nous prenons la route cahotique des déserts de Kara Koum et Khizil Koum, en direction de Boukhara.

Fichier hébergé par Archive-Host.com
Repost 0
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 00:02

Le 19 avril 2003

A l'occasion de notre anniversaire (en août 2002), nous avions demandé une participation pour un voyage qui nous faisait très envie : "sur la route de la soie". Nous avions lu le roman d'Amin Malouf "Samarcande", les aventures de Babur et de Tamerlan, admiré les restes mogols au Radjastan en Inde, suivi les périples de Marco Polo. Quand Gaëlle a du faire un stage pour son DESS, elle a été attirée par celui proposé à Samarkand. Elle était partie un mois avant nous ; vous avez pu lire ses premières impressions (ici et ).

Nous avons pris l'avion vers midi à Paris et avons atterri à Tashkent le lendemain à 7 heures locales. Gaëlle nous attendait avec un guide. Après  avoir déposé les bagages à l'hôtel, nous sommes partis visiter la capitale de l'Ouzbékistan.

C'est une très grande ville de plusieurs millions d'habitants, ville assez moderne car elle a été détruite par un tremblement de terre le 26 avril 1966. D'ailleurs un monument au style nettement soviétique  commémore cet évènement.

Puis nous avons visité quelques médersas encore intactes. Une médersa était une école (de niveau universitaire) islamique où toutes les matières étaient enseignées : mathématique, physique, astronomie, poésie, religion  ...

Voici celle de Kukeldach ...

 

Celle de Barak Khan ...

Et le mausolée de Abou Bakl Mohammed Kaffal Chachi, docteur de l'islam, philosophe et poète qui a vécu de 904 à 979. 

 

Puis nous sommes allés au bazard Chorsur, sous sa superbe coupole turquoise. C'est là que nous avons vu les Ouzbeks faire leurs courses avec des landaus en guise de cadies.

Le soir vers 5 heures, nous sommes allés à l'opéra où on jouait Faust de Gounod. Quand je pense qu'il faut aller au bout du monde pour assister à cet opéra ! ! !  Le spectacle a duré 3 heures car, en plus de l'opéra, il y avait les ballets qui ne sont jamais joués chez nous. L'opéra était chanté en russe mais comme je connais le livret par coeur, cela ne m'a pas gêné. Le spectacle nous a coûté la bagatelle de 1,5 euros, l'Opéra de Tachkent étant le moins cher d'Asie et peut-être du monde...

Autres images de Tashkent.

Repost 0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 00:04

Récit de Gaëlle qui a vécu 8 mois en Ouzbekistan. Ces lettres sont des e.mails qui racontent sa vie de tous les jours au pays des coupoles turquoise.

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

 

Cette route passe par le Kazakhstan (et oui, à peine arrivée en Ouzbékistan, je vais déjà faire un petit tour au Kazakhstan…), car elle a été construite à une époque où les deux pays faisaient partie d'une même entité et où l'on ne se souciait pas de savoir si cela pourrait poser un problème en cas de séparation des deux pays. On passe donc par 6 postes de contrôle : la police ouzbèke, la douane ouzbèke, la police kazakhe, la douane kazakhe et à nouveau la douane et la police ouzbèkes.

Evidemment, avec ma chance habituelle auprès des autorités des anciens pays communistes, le premier poste de douane nous a arrêtés. C'est à la tête du client en général, et si le douanier est en train de boire son thé (donc de bonne humeur) au moment où les voitures passent, il ne se dérangera pas pour ça.
Mais moi, j'y ai eu droit. Dialogue avec le douanier au visage très asiatique : "Vous venez d'où ?" - "De France" - "Vous allez où ?" - "A Samarkand" - "Qu'est-ce qu'il y a dans vos bagages ?" - "Rien d'interdit" - "Passeport et déclaration de devises et d'objets dangereux ou particuliers (remplie à la douane de l'aéroport), s'il vous plaît " - "Voilà, monsieur l'agent" - "Vous êtes mariée ?" - "Oui" - "Dommage, j'aurais bien été prétendant"…
Ses yeux se sont allumés quand il a vu que j'avais marqué 300 euros sur ma déclaration et j'ai bien eu peur qu'il me demande quelques poignées d'euros pour qu'il me fiche la paix. Heureusement, mon air ferme et non apeuré (je pense et j'espère) a dû le dissuader.

Je porte l'alliance de ma mère à la main droite (celle des femmes mariées pour les Orthodoxes) et, dorénavant, je dirai tout le temps que je suis mariée, ça simplifie grandement la vie. Je suis également très contente de bien me débrouiller en russe, pour les occasions comme celles-ci, ça aide.

Je suis donc arrivée "sans encombre" à l'agence où Narguiza m'attendait et m'a présentée à toute l'équipe. Ils ont tous l'air sympa, d'autres plus que certains bien entendu, c'est une équipe jeune et dynamique. J'ai mangé à midi avec Narguiza et Mme Razulova, ma responsable de stage au sein de l'entreprise. Un plov, plat national, évidemment, à la cantine en face de l'agence. Délicieux ! 

Puis le père de Shoista, chez qui je vais loger pendant ces 6 mois, est venu chercher mes bagages (et la propriétaire de ces mêmes bagages, exténuée par sa nuit blanche); direction mon nouveau logement pour m'installer. Et quel logement !
Ma nouvelle maison est… grandiose ! Encore mieux qu'à Rennes, tiens. Les parents de Shoista possèdent une maison dans les "nouveaux" quartiers de Samarkand. On y rentre par un portail qui donne sur une cour intérieure et un jardin entourés par trois petites maisons et un mur élevé. Dans la première maison sur la droite, on trouve les toilettes, la salle de bain et la cuisine / salle à manger. Ces trois pièces donnent chacune directement dehors, sur la cour.
Ensuite, la première maison à gauche est "ma" maison… Pour y accéder, on monte un petit escalier avec un palier. Quand on rentre, il y a un premier petit sas avec des plantes et un téléphone. Puis, on rentre dans une immense pièce d'environ 30 m² avec un plafond de 5-6 mètres. C'est mon "salon", avec une table et des chaises, des canapés et fauteuils et une télé. Excusez-moi, mais je trouve ça surréaliste de dire "ma maison", "mon salon", c'est drôle de loger dans un tel endroit en Ouzbékistan. Je m'attendais plutôt à une petite piaule d'étudiante.
A partir du salon, il y a un escalier qui monte à une mezzanine / serre très claire, grâce à des baies vitrées, et qui sert à je ne sais quoi, si ce n'est à être occupée par une magnifique table basse en bois marqueté et par des plantes. Après le salon, nous avons ma chambre avec deux lits simples côte à côte, tables de chevets, penderie, armoire, etc.… Le tout est bien sûr recouvert par d'immenses et magnifiques tapis ouzbeks en laine multicolores.

La troisième maison se trouve aussi sur la gauche après la mienne (les deux maisons se touchent en fait) et loge la petite famille : Kiom, le père, Gulia, la mère, Shoista, ma collègue et, je l'espère, future amie, et Aziza, une adorable petite adolescente de 15 ans. Il y a également un frère de 24 ans mais je ne l'ai pas vu, il fait des études de médecine aux Etats-Unis. La famille est très accueillante et insiste pour que je fasse "comme chez moi". Je suis nourrie, logée, blanchie pour 60 dollars (ou euros) par mois, ce qui me paraît plus qu'honnête. Surtout dans ces conditions.

Il a fait un temps magnifique aujourd'hui à Samarkand, voire même chaud et étouffant (entre 25 et 27 degrés), et ce soir il faisait bon, après la chaleur de la journée c'était très agréable. Mais il s'est mis à pleuvoir à verse en fin de soirée sans pour autant trop rafraîchir la température ; le climat a l'air un peu bizarre ici. Demain, dimanche, je vais visiter Samarkand avec Narguiza.

Bon, je constate que j'ai un petit peu abusé pour un premier mail, mais je tenais à vous décrire tout cela puisque c'est la première impression du pays, celle qui est la plus importante, celle qui marque le plus et celle qui reste. Je vous écris ceci le premier soir de mon arrivée, mes souvenirs de la journée sont donc encore tous frais dans la tête.
Repost 0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 21:18

Suite de notre tour en Sardaigne.

Nous avons visité un tombeau de géant. Ce sont des sépultures nuragiques. Cela s'appelle ainsi car, vue la taille de la tombe (plusieurs mètres), on croyait qu'elle était faite pour un géant. Surtout qu'elle est fermée par un pierre monumentale dressée devant le tombeau. En bas une ouverture, sans doute pour des offrandes. Devant, les pierres sont placées en arc de cercle : l'ensemble ressemble à la tête du taureau (il y avait un dieu-taureau).

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Maintenant, on pense qu'il s'agissait de sépultures communes, où on plaçait les ossements nettoyés par les animaux.

Fichier hébergé par Archive-Host.com



Repost 0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 00:56

Récit de Gaëlle qui a vécu 8 mois en Ouzbekistan. Ces lettres sont des e.mails qui racontent sa vie de tous les jours au pays des coupoles turquoise.

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Le : lundi 14 avril 2003
 
Hello !

Me voici enfin arrivée à Samarkand et ce, non sans mal… D'entrée de jeu, j'ai été confrontée au folklore du pays, ce qui m'a tout de suite mise dans l'ambiance.
Quand je suis arrivée à l'aéroport, Atham, le représentant à Tashkent de l'entreprise où je fais mon stage, devait venir m'accueillir. Déjà, il est arrivé avec plus d'une heure de retard, heure pendant laquelle je me suis fait harceler par les taximen qui avaient flairé en moi une cliente potentielle richissime à leurs yeux. Ils me proposaient même de m'emmener directement à Samarkand eux-mêmes. Je n'ose imaginer la note salée qu'ils m'auraient présentée…
Finalement, mon sauveur est arrivé, ce qui m'a grandement soulagée, et nous avons justement pris l'un des taximen qui me tournaient autour. Ils m'ont emmenée jusqu'à la gare routière et là, Atham m'a trouvé une voiture privée qui allait jusqu'à Samarkand.

Le voyage de trois heures m'a coûté 5 euros, ce qui est une somme relativement honnête pour un voyage aussi long en voiture privée. Le conducteur emmenait aussi à Samarkand des amis qui le payaient également. Le co-voiturage a l'air très en vogue ici, il faut dire qu'il y a moins de voitures qu'en France et que les gens ont un pouvoir d'achat beaucoup moins élevé. J'ai donc partagé la voiture (une Volga, vous vous en doutez) avec un couple et leur petite fille de deux ans, un homme seul et le conducteur.

La conduite en Ouzbékistan est relativement folklorique. La loi est simple : c'est celle du plus gros ou du plus rapide. On double par la droite, on fait des écarts monumentaux pour éviter les nids de poule de 10 cm de profondeur, on klaxonne à tout bout champ pour demander le passage à la voiture de devant, etc.…
C'est en cela que l'Ouzbékistan se rapproche énormément de certains pays orientaux, comme l'Inde par exemple. En 3 heures de route, j'ai cru y mourir 100 fois, comme j'avais cru mourir 100 fois sur les routes de l'Inde… Et puis, l'autre caractéristique qui rapproche ce pays à l'Inde, c'est l'ambiance générale du pays.

La pauvreté omniprésente côtoie la richesse de bâtiments magnifiques. L'exemple le plus frappant se retrouve à Samarkand qui possède des mosquées, medersas, mausolées et autres bâtiments à vous couper le souffle, mais qui, à côté de ça, se trouve être une ville relativement banale, voire laide si on y regarde de près, héritage d'un passé soviétique qui a grandement contribué à défigurer le paysage.
A Tashkent (qui se dit Toshkent en ouzbek), à peine entrée dans le cœur de la ville, je voyais déjà des carrioles tirées par des chevaux, des tracteurs et quelques ânes par-ci, par-là et des gens qui font leur courses au marché avec des landaus en guise de caddie. Ambiance indienne assurée ! Sur "l'autoroute", on croisait ou doublait régulièrement des carrioles tirées par des bêtes de somme ou des jeunes garçons perchés sur leur âne trottinant.

La route entre Tashkent et Samarkand est une sorte d'autoroute (je l'appelle comme ça car elle était à deux fois deux voies séparées par une barrière au milieu), au bord de laquelle on pouvait voir de temps à autre un ou deux hommes (ou plus souvent adolescents), accroupis à l'indienne (ou à l'arabe), en train de discuter entre eux ou tout simplement de regarder bêtement passer les voitures pendant que leur vache, cheval ou âne paissait tranquillement dans la pollution environnante.
Nous avons longé également des champs où l'on pouvait voir une petite dizaine de paysans et paysannes en train de bêcher à la main des champs de la taille de ceux que l'on retrouve dans le Bassin parisien ! Cela avait un côté très moyenâgeux qui n'était pas sans rappeler l'Inde encore une fois.

La différence majeure entre l'Ouzbékistan et l'Inde, c'est le respect de la femme. Rien à voir avec les veuves sati indiennes ou les femmes voilées des pieds à la tête. Ici et surtout en dehors des zones urbaines, les femmes portent juste un voile sur la tête mais la raison est plus culturelle que religieuse.Etant donné la chaleur estivale qui règne dans le pays, c'est une tradition que l'on n'a aucun mal à comprendre. De plus, les femmes ne sont pas les seules à avoir des couvre-chefs. Les hommes portent également des sortes de calots (des chéchias même, puisque c'est un pays turcophone) colorés et brodés. Dans les villes, les jeunes femmes et filles s'habillent à l'occidentale, sans les excès, toutefois, des shorts très courts, des minijupes provocantes et des tenues vulgaires que l'on rencontre chez nous.

Le paysage n'est, par contre, pas vraiment comparable à celui de l'Inde. La végétation rencontrée pendant le voyage m'était très familière : peupliers, bouleaux, conifères diverses, arbres fruitiers communs, etc.…

Samarkand est à environ 290 km de Tashkent. Les voitures peuvent aller sans problème à 130-140 km/h mais peuvent difficilement excéder cette vitesse en raison de l'état déplorable des routes (cf. : la profondeur des nids de poule ci-dessus décrite).Là, je parle de la route entre la capitale et la deuxième ville du pays, donc la route que je suppose être la plus fréquentée et sûrement la mieux aménagée. Je n'ose imaginer l'état des infrastructures du reste du pays. Sur le chemin, j'ai assisté plusieurs fois à un goudronnage très dilettante de la route : les ouvriers posent avec leur pelle des tas de goudron fumant dans les nids de poule et, ensuite, ils étalent le goudron, à la pelle également …

Cette route passe par le Kazakhstan (et oui, à peine arrivée en Ouzbékistan, je vais déjà faire un petit tour au Kazakhstan…), car elle a été construite à une époque où les deux pays faisaient partie d'une même entité et où l'on ne se souciait pas de savoir si cela pourrait poser un problème en cas de séparation des deux pays. On passe donc par 6 postes de contrôle : la police ouzbèke, la douane ouzbèke, la police kazakhe, la douane kazakhe et à nouveau la douane et la police ouzbèkes.

Repost 0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 21:02

Voici l'emblème de l'Ouzbékistan

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Voici les cartes qui vous permettront de situer l'Ouzbekistan en Asie centrale, entre l'Amou Daria au sud et le Syr Daria au nord. La capitale est Tachkent.

Fichier hébergé par Archive-Host.com


Fichier hébergé par Archive-Host.com

Notre périple :

Fichier hébergé par Archive-Host.com
Repost 0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 17:30

Continuons notre visite de la Sardaigne. Je vais vous parler d'un site nuraghique : Su Nuraxi près de Barumini.

Le peuplement d'origine remonte vers moins 1500 ans avant JC. Les nuraghi sont des grandes tours formées de gigantesques blocs de pierre. Ici il s'agit de blocs de basalte.

Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

L'intérieur du nouraghe :

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Autour du complexe formé d'une tour centrale et de quatre tours périphériques, s'agence un village composé d'habitations circulaires qui devaient être couvertes par des branchages.

Voici une maison avec la pierre pour écraser le grain au centre.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Un four reconstitué dans une autre maison.

Fichier hébergé par Archive-Host.com


Une grande baignoire où on mettait de l'eau chaude pour des bains de purification sans doute.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Des objets fabriqués à l'identique, les originaux étant dans un musée. La cruche en haut à gauche est d'époque nuragique, les pots noir et blanc sont plus anciens (néolithique - 3000 ans avant JC). Ils ont vraiment une forme moderne !

Fichier hébergé par Archive-Host.com

N'est-ce pas ?

Repost 0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 15:25

Je suis allée en Sardaigne . Il y a beaucoup de choses à voir. D'abord la nature est très variée. En voici un exemple.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

C'est un plateau basaltique inhabité sauf par des chevaux et vaches sauvages : le plateau de Giara. Mais il reste des traces de cabanes de berger comme celle-ci qui a été restaurée.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Il y a un lac où les animaux s'abreuvent l'hiver mais l'été les gens leur donnent de l'eau.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Repost 0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 15:10

Europe

  • Arménie
  • Italie

1. Sardaigne
Présentation : les paysages
Plateau de Giara di Gesturi
Les nouraghes
Les tombeaux des géants
, la cité de Tharros,

2. Rome, de nuit, le Vatican, le château St Ange, les fontaines, le Colisée, le forum, le Capitole, le Palatin, les arcs de triomphe,

Etna

  • Espagne
  • Roumanie
  • Russie
1. Moscou : Le Kremlin, l'intérieur de ses églises, la Place Rouge, le monastère Novodevitchi, Kolomenskoïe,
2. St Petersbourg, le musée de l'Ermitage et ses tableaux

Asie

Notre voyage : Tachkent, Khiva, Boukhara1, 2 , 3, Chakhrisiabz, Nourata dans le désert, Samarkand 1, 2, 3, les gens,

Les lettres de Gaëlle : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23
Afrique Australie
Amérique
Repost 0